Archives de
Étiquette : Intérêts composés

Diminuez vos dépenses courante en vous projetant dans le futur.

Diminuez vos dépenses courante en vous projetant dans le futur.

Il n’est pas toujours facile de se rendre compte de l’impact de nos dépenses sur notre futur. Un petit croissant par ci, un restaurant par là, un abonnement à la salle de sport, une nouvelle voiture…

Plus une dépense est fréquente, moins on n’y fait attention, tous les petits rituels quotidiens sont bien ancrés dans notre budget, le petit café à un euro tous les matins ne semblent pas bien gros, le nouveau crédit auto revient à 10 euros de plus que l’ancien, et tous les vendredis, on se fait une soirée pizzeria.

Ces habitudes s’acquièrent très vite, l’humain aime le confort, il aime ce qui lui procure du plaisir et il aime la redondance. Par-dessus tout, il est très mauvais pour se projeter dans le futur et préfère les gratifications instantanées.

Le problème, c’est que nous, on cherche à devenir indépendants financièrement, et pour ça, on doit mettre un maximum de côté, et donc on doit rompre avec nos habitudes.

On a déjà parlé de petits exercices permettant de se rendre compte de notre situation, mais j’ai une astuce encore plus simple à vous partager.

Vous vous rappelez des intérêts composés ? Une usine à générer de l’argent sans la moindre action de votre part, chaque mois, votre capital produit des intérêts qui produiront eux même des intérêts pour le mois suivant, et ce, sans interruptions.

À chaque dépense que vous faites, c’est un euro de moins qui produira de l’intérêt, et donc une difficulté supplémentaire sur votre chemin. Et on l’a vu, chaque euro économisé vous rapproche de plus en plus vite de votre indépendance.

Voici 4 multiplicateurs à connaitre qui vont vous permettre de vous projeter facilement dans le futur, et que vous pourrez appliquer à toutes vos dépenses.

En admettant un taux d’intérêt de 7 % par an et une période de 10 ans :

  • Une dépense unique : x1.97 : exemple, vous achetez une piscine 10 000 euros, vous auriez pu avoir 197 00 euros au bout de 10 ans. (mais pas de piscine 🙂 )
  • Une dépense mensuelle : x173. Si vous baissez votre facture de téléphone de 10 euros par mois, vous aurez fait une économie totale au bout de 10 ans de 1730 euros. (soit 530 euros d’intérêts)
  • Une dépense hebdomadaire : x752. Une sortie pizzeria pour 25 euros chaque semaine, c’Est 18 800 euros que vous auriez pu avoir au bout de 10 ans, au lieu de ça vous aurez dépensé 13 000 euros.
  • Enfin une dépense journalière : x5 285. Un euro dépensé par jour, c’est 5 285 euros que vous n’aurez pas dans 10 ans. D’ailleurs, si vous calculez les intérêts générés pour la onzième année, vous pouvez voir que c’est presque 1 euro par jour qui est généré, vos cafés garanties pour le reste de votre vie.

Retenez ces multiplicateurs, et appliquez à chaque achat, vous ne vous direz plus jamais qu’un produit est seulement 10 euros plus chers, il vous coûte en vérité beaucoup plus que cela.

Vous pouvez dès à présent utiliser ces 4 nombres et les appliquer à vos dépenses courantes, chercher un nouveau forfait téléphonique, appelez votre banque pour diminuer vos frais ou renégocier votre crédit auto ou immobilier, faites vous-même votre café ou votre repas du midi…

Projetez-vous un maximum sur le long terme quand vous faites la moindre dépense, cela vous aidera à diminuer les achats impulsifs et vous regretterez moins vos achats. Votre vous dans 10 ans vous remerciera !

Dans combien de temps prendrez vous votre retraite ?

Dans combien de temps prendrez vous votre retraite ?

Combien de temps me reste-t-il avant la retraite ? Pour une personne lambda, c’est le temps qu’il reste avant sa soixantaine, mais pour nous qui sommes sur la route de l’indépendance, est-ce bien raisonnable d’attendre tout ce temps ?

Tout d’abord, rappelons que pour être indépendant financièrement, il faut commencer par épargner. Cette épargne va générer passivement du profit, et au bout d’un certain temps, ces profits égaleront vos dépenses, vous serez alors bon pour prendre votre retraite.

Maintenant, combien de temps faut-il pour accumuler ce capital ?

Pour savoir cela il faut faire quelques maths. Je vais épargner ceux qui n’apprécient pas les mathématiques plus que cela en donnant directement les résultats des calculs dans un joli tableau. Pour les autres, je vais joindre un fichier Excel contenant tout ce qu’il faut savoir

Mais pour vulgariser, nous avons dit plus haut que nos dépenses futures doivent être équivalente à 4% de notre capital au maximum. Nous savons que nos dépenses actuelles correspondent à nos revenus moins notre épargne. Enfin nous devons assumer que nos dépenses futures seront les mêmes que nos dépenses actuelles (ajustées pour l’inflation).

Pour avoir notre capital à terme, il existe deux formules qui permettent de connaître le capital accumulé grâce aux intérêts composés. Une formule qui nous permet de connaître les intérêts sur un capital initial (que nous assumerons être 0 dans notre exemple), et une sans capital initial mais avec des versements réguliers. Comme ces deux formules ont pour variable le temps, il nous est possible de savoir combien de temps il a fallu pour accumuler un certain capital.

A partir de là, nous avons tout ce qu’il nous faut pour créer cette magnifique courbe :

Graphique représentant le temps avant de pouvoir prendre sa retraite en fonction de la part du salaire épargné.

Nous avons affaire ici à une courbe logarithmique, ce qui veut dire que gagner des années sera bien plus facile si vous partez de 0 que si vous partez d’un ratio d’épargne de 50%.

Pour construire la courbe, j’ai assumé les choses suivantes :

  1. Vous ne retirerez au maximum que 4% de votre capital.
  2. Vous ne touchez qu’au profit et pas au capital, ce qui veut dire que votre capital progresse plus que votre retraite. Ici j’ai assumé 5%, ce qui correspond à un taux moyen atteignable sur du long terme. Cela vous laissera une marge de sécurité de plus en plus grande au fil des années.
  3. Vos dépenses actuelles équivalent vos dépenses future, ajustées de l’inflation.

 

Étalons maintenant tout cela dans un tableau :

Taux d'épargneTemps avec un rendement de 5%
5%65,77
10%51,35
15%42,83
20%36,72
25%31,94
30%27,98
35%24,60
40%21,64
45%19,01
50%16,62
55%14,44
60%12,42
65%10,55
70%8,79
75%7,14
80%5,57
85%4,09
90%2,67
95%1,31
100%0,00

Et voilà ! Vous avez votre réponse. Si vous voulez prendre votre retraite dans 10 ans, vous devrez vivre avec environ 35% de vos revenus et épargner le reste.

Remarquez également le nombre d’année que vous pouvez gagner en faisant peu d’effort, dans le haut du tableau. En abandonnant un abonnement de téléphone trop coûteux ou en diminuant ses sorties, c’est plusieurs années que vous gagnerez instantanément. Et c’est d’autant plus intéressant pour ceux d’entre vous qui ont des revenus bas, car logarithme oblige, les progrès sont plus rapides en début de tableau qu’en fin, et atteindre les 30% c’est potentiellement gagner 10 a 14 ans sur l’âge légal de départ la retraite!

Enfin, vous devez vous rendre compte qu’il est bien plus avantageux de réduire ses dépenses que d’augmenter ses revenus. En effet, si augmenter vos revenus vous permet d’épargner plus, diminuer vos dépenses vous garantit d’épargner plus, et en plus, vous demandera d’accumuler moins de capital pour atteindre votre objectif.

Pour ma part, mon objectif est à 65%, et en septembre 2016 j’ai atteint le pallier des 50%. Encore 15 points à grappiller petit à petit !

Alors allez-y, imprimez le tableau et la courbe, attachez les au-dessus de votre lit/bureau/frigo, et mettez-vous en route. Si vous partez de rien, faites les efforts nécessaires pour atteindre 5%, puis augmentez au fur et à mesure. N’hésitez pas à me faire part d’où vous en êtes, et quels objectifs vous vous donnez.

Temps, magie des intérêts composés et inflation

Temps, magie des intérêts composés et inflation

En règle générale, quand on parle de mettre de l’argent de côté, on entend souvent la même chose : « Faut profiter tant qu’on est jeune » ou « J’en ferai rien quand je serai mort ». Je vous le dis, ces personnes ne connaissent pas les intérêts composés !

Démonstration de la force des Intérêts composés

Tout d’abord, si vous avez lu les articles précédents, vous avez du comprendre que l’argent n’achète pas le bonheur, on peut donc profiter un maximum de la vie en ne dépensant que très peu d’argent. Ensuite je n’ai jamais rencontré quelqu’un dépenser moins en vieillissant, si le but était de profiter au maximum pendant sa jeunesse, pourquoi continuer à dépenser toujours plus quand on vieillit ?

Mais ce qui m’embête le plus avec ce genre de rengaine, c’est qu’elle fait plus de mal que de bien. Pour vous le démontrer, je vous ai préparé un tableau assez parlant. Nous étudions la situation de triplés : Alice, Bob et Charles. Le jour de leur naissance, leurs parents leur ont ouvert un compte épargne dont les performances sont exceptionnelles : 12% par an (en fait plutôt improbable sur une si longue période, c’est pour l’exemple).

Alice a commencé à placer 2000 euro par an sur son compte à partir de sa 20ème année, elle a continué à placer 2000 euro chaque année les 7 années suivantes, puis à tout simplement arrêter de verser de l’argent.

Bob lui n’a commencé à placer 2000 euro sur son compte qu’à partir de ses 28 ans, et n’a jamais arrêté d’alimenter son compte.

Enfin Charles s’est vu offrir 2000€ par la banque le jour de l’ouverture du compte. C’est totalement injuste mais que voulez-vous. Il n’a jamais rajouté d’argent sur son compte.

Le jour de leur 60 ans, Alice, Bob et Charles ont consulté leur compte épargne. Et ce qu’ils constatent c’est que tous leurs amis qui disaient profiter de leur argent étant jeune étaient effectivement à côté de la plaque.

Charles est le plus riche de la fratrie, et celui qui a le plus profité de l’effet des intérêts composés. il n’a placé que 2000€ le jour de sa naissance, mais cet argent s’est démultiplié tout seul au fil du temps, et chaque euro réinvestit à lui même généré d’autres euros le tout sur plusieurs dizaines d’années. Alice qui n’a épargné que pendant 8 ans se retrouve derrière Charles, et enfin Bob, qui a profité pendant sa jeunesse, puis épargné beaucoup plus d’argent que Charles et Alice se retrouve avec environ 2,3 fois moins d’argent que Charles !

C’est quand même dingue se dit Bob, tu n’as rien fichu de ta vie et tu te retrouves plus riche que moi. Comment est-ce possible ?

Rien de magique derrière tout ça, et pour bien le comprendre nous allons parler de trois choses : la valeur temps de l’argent, les intérêts composés et l’inflation.

 

Tableau résumant les performances de trois comptes épargne placé à 12% par an.

Admirez la puissance des intérêts composés !

 

La valeur temps de l’argent

Je ne vais pas entrer dans les détails, vous pourrez trouver de nombreuses informations sur internet ou dans vos cours d’économie. Si le sujet de l’économie ou de la finance vous intéresse n’hésitez pas, c’est très intéressant.

Ce qu’il faut retenir c’est que l’argent à une tendance naturelle a toujours valoir plus cher dans le passé que dans le futur. On dit que « un euro d’aujourd’hui vaut plus qu’un euro de demain ».

C’est ce que nous montre notre tableau, les 2000€ de Charles ont une valeur bien plus grande que les milliers d’euro d’Alice et Bob.

C’est une notion fondamentale, il faut la garder en tête, plus vous tarderez à mettre de côté, plus il sera difficile d’épargner. Pour que Bob rattrape Charles, il lui aurait fallu mettre beaucoup plus d’argent de côté que Charles, cela aurait sans doute nécessité beaucoup plus de temps et de travail avec tous les problèmes qui peuvent y être lié.

Les intérêts composés

Je suppose que vous savez ce qu’est un intérêt, quand on prête de l’argent, on récupère souvent la somme plus un petit quelque chose en plus, ce sont les intérêts.

Les intérêts composé, c’est simplement réinvestir vos intérêts pour qu’ils rapportent eux-mêmes de l’intérêt. Prenez le cas de Charles dans notre superbe tableau, il n’a investi qu’une seule fois de l’argent, le reste du temps, ce sont les intérêts réinvestit qui ont permis de fabriquer de l’intérêt en cascade.

La force des intérêts composés est très importante, chaque euro que vous allez placer va générer à lui seul plusieurs autres euros, qui eux même génèrent plusieurs autre euros, sans que vous n’ayez rien à faire. Une petite armée de petites pièces d’un euro qui travaille à votre place, pendant que vous dormez, mangez, et travaillez vous-même.

Pour calculer rapidement combien de temps (en années) il faut pour doubler son capital, divisez 72 par le rendement moyen de votre placement. C’est bien sûr un arrondi, mais cela marche assez bien pour estimer sur un coin de table. Dans le cas de la fratrie, à 12% cela fait 6 années.

Du coup, si vous placez tôt votre argent, et si vous réinvestissez toujours vos gains, vous ferez grossir beaucoup plus vite votre capital.

Bien entendu ; un gros capital va croitre beaucoup plus vite, car il est toujours plus difficile de gagner 1 euro quand on en a investi qu’un que quand on en a investi 1 million. Ne perdez pas espoir cependant, vous avez vu grâce à notre tableau qu’une petite somme peu devenir une grosse somme avec un peu de temps, d’intérêts composés, et aussi d’un taux d’intérêt tout à fait irréaliste J

Vous trouverez partout sur internet des calculatrices permettant de faire des simulations de placement avec intérêts composés, je vous invite à en faire plusieurs pour vous donner une idée de ce qu’il est possible d’obtenir, et ce qui relève du fantasme.

J’ai fait une petite simulation pour vous, donner une idée. En mettant de côté 100€ par mois pendant 40 ans, avec un rendement moyen de 5% par an, on obtient un capital total de 152 602€ dont 104 602€ d’intérêts !

L’inflation

Comme dans la vie tout n’est pas toujours rose, l’inflation est là pour vous ramener un peu sur terre. L’inflation vulgairement, c’est la hausse généralisée des prix, c’est donc parallèlement une baisse généralisée de la valeur de votre argent.

Concrètement, l’inflation va donc agir contre vos gains générés par les intérêts composés. Chaque nouvel euro généré aura mécaniquement moins de valeur que les précédents.

L’inflation a beaucoup varié dans le passé, on a connu des années de forte inflation, ou les prix ont augmentés de 10% par an, et des années de très faible inflation voir de déflation –c’est-à-dire de baisse généralisées des prix-.

Le taux d’inflation varie en fonction de très nombreux facteurs et ses conséquences sont bonnes ou mauvaise en fonction d’où on se place. Ce qui est admis c’est qu’il faut éviter l’hyperinflation (souvent causé par une grosse émission de monnaie, qui conduit les gens à augmenter leur prix pour ne pas perdre en valeur) et la déflation car bien sûr cela redonne de la valeur à votre argent, mais cela peut aussi vouloir dire que l’économie est en train de s’écrouler.

Il existe beaucoup de théories et d’essais sur l’inflation et la déflation venant de beaucoup d’écoles de pensées, c’est très intéressant à lire, mais cela sort un peu de notre sujet. Je vais plutôt vous parler de l’effet de l’inflation sur notre capital et sur nos perspectives d’indépendance financière.

D’abord il faut savoir que l’inflation est calculée de manière différente dans chaque pays, et inclut des biens de première nécessité, mais aussi des biens plus luxueux, des services, ou bien le coût de l’énergie.

En fonction de votre style de vie, vous pouvez être plus ou moins impacté par l’inflation. En général, ce qui est bien de première nécessité varie peu, au contraire, les biens technologiques ont tendance à perdre énormément en valeur, voyez plutôt le prix d’une télévision ou d’une voiture, il fallait au temps de vos parents plusieurs années de salaire pour se payer une voiture, aujourd’hui il en faut en général moins d’une année de SMIC pour une voiture d’entrée de gamme.

En général, les banques centrales essayent de maintenir l’inflation entre 2 et 3%, c’est la seule mission de la banque centrale européenne (qui faillit donc en ce moment). A l’avenir, et jusqu’à que je dise le contraire, nous allons utiliser cette fourchette comme référence dans nos simulations, et pour encore plus simplifier les choses, nous allons prendre 3% dans la plupart des cas pour nous donner une marge de sécurité.

Comme c’est une généralisation, il se peut que certaines années cela soit moins, d’autre années plus, mais aussi que le taux réel que vous allez subir sera très différent du taux général. Par exemple si le prix des pâtes augmente fortement et que vous ne mangez que ça, il y a des chances que cela ait un impact plus important sur vous que sur votre voisin qui ne mange que du riz.

En fixant à 3%, on va se donner un peu plus de marge de manœuvre et ça va faciliter les simulations sur un coin de table. Si vous souhaitez vraiment aller dans le vif du sujet, vous allez reprendre les exercices des articles précédents, et vous allez comparer chaque ligne avec celle du mois ou de l’année précédente, vous aurez un chiffre plus adapté. Mais en attendant, on est là pour se motiver, et on se doit de simplifier et d’aller droit au but. Les petites corrections, c’est à vous de les faire, ici je cherche à vous donner un bon état d’esprit, de la motivation avant tout.

Bien, revenons donc à l’inflation, chaque année, comme les prix augmentent, votre capital perd de sa valeur, aussi, si vous souhaitez prendre votre retraite plus tôt, vous allez devoir prendre en compte que le coût de la vie va changer, et vous devrez donc toujours répercuter l’augmentation des prix sur l’augmentation de votre capital. Donc dans le cas de notre fratrie, si on parle d’une inflation de 3% par an, on peut grosso modo dire que leur performance réelle s’établit plutôt autour de 9% que de 12%. Parallèlement, si aujourd’hui vos dépenses sont de 1000€ par mois, demain elles pourraient être de 1200€, il est donc important quand vous faîtes une simulation de prendre en compte l’inflation d’une manière ou d’une autre, sinon vous pourriez avoir une énorme déconvenue.

Je vous avais parlé de la règle des 4%, je l’expliquerai très prochainement, cette règle inclue l’inflation dans le calcul. Par contre, elle s’applique à un instant T, si vous prenez votre retraite anticipée aujourd’hui, elle s’applique sur vos dépenses à cet instant. Si vous souhaitez prendre votre retraite anticipé dans 10 ans, vous devrez appliquer la règle des 4% dans 10 ans, et donc appliquer un taux moyen d’inflation de 3% pendant 10 ans.

Pour finir

On a vu ici les trois points clefs à connaître pour arriver au mieux vers une certaine indépendance financière. Il faut commencer le plus tôt possible, toujours réinvestir ses gains pour profiter de l’effet exponentiel des intérêts composés et ne pas perdre l’inflation de vue.

En gardant ces trois choses en tête, vous devriez être capable de faire quelques simulations qui vont vous permettre d’estimer ce qu’il vous faudrait mettre de côté pour gagner en indépendance, je vous invite à essayer plusieurs choses, et à ne pas vous démoraliser si les résultats ne sont pas ceux que vous attendiez, car la route est encore longue, et nous aurons tout le temps de discuter de divers moyens d’atteindre vos objectifs.

Je sais que certains chiffres semblent sortis d’un chapeau, c’est tout à fait volontaire, ici j’essaie de transmettre une façon de vivre, un état d’esprit. Je veux que vous vous posiez des questions sur votre vie, sur ce qui compte vraiment, vous enlever le poids de l’argent des épaules, les stratégies sont secondaires, vous en trouverez un peu partout sur internet, dans les journaux, dans des livres, et même si c’est toujours cool d’avoir un bon conseil, cela ne remplace vraiment pas une vie tranquille et saine.

J’espère que cet article vous aura plu, n’hésitez pas à commenter et à partager afin de donner plus de visibilité au site, ça me fera très plaisir et c’est le meilleur des encouragements !